top of page
  • Writer's pictureTAMRON Americas

Melissa Richard: La magie de l'enfance


Le magazine photoED a discuté avec la photographe Melissa Richard, basée à Fort McMurray, à propos de la poursuite de la lumière et de la magie de l'enfance.


Préadolescent à la salle d'arcade.The Alley, Fort McMurray, AB. Photographié avec la lentille Tamron 28-75mm F2.8 à ISO 320, 1/200s, f/2.8, 28mm.

Melissa Richard est une photographe basée à Fort McMurray, en Alberta. Elle est membre de Click Pro Elite et une mentore chez Hello Storyteller. Ses journées sont consacrées à enseigner aux jeunes esprits à l'école locale, et ses nuits et week-ends sont consacrés derrière un appareil photo. Melissa se décrit comme une "poursuiveuse de lumière" et une conteuse d'histoires inspirée par la nature, sa famille, les détails, les ombres et la quête de lumière dramatique.


 

Divertissement sur l'aire de jeux. Fort McMurray, AB. Photographié avec la lentille Tamron 28-75mm F2.8 à ISO 50, 1/1000s, f/2.8, 34mm.

photoED: Vous aviez une motivation très particulière qui vous a poussé vers l’exploration de  la photographie. Dites-nous ce qui vous a motivé à prendre un appareil photo et à commencer à prendre la photographie au sérieux.

Melissa:

Notre maison familiale, et tout ce qui s'y trouvait, a été détruite dans l'immense incendie de 2016. Avant l'incendie, je réservais souvent des séances photo de famille avec des photographes locaux talentueux et je recouvrais nos murs de tirages sur toile et de photographies encadrées de ces séances. Pour remplacer les souvenirs et les images perdus, j'ai peut-être un peu exagéré et j'ai commencé à réserver des séances photo presque tous les mois. Le coût commençait à devenir un fardeau, et j'ai commencé à sentir que les photographies ne capturaient tout simplement pas ce que j'imaginais dans mon propre esprit pour ma famille. Mon mari avait un reflex numérique d'entrée de gamme et m'a suggéré d'apprendre à prendre des photos moi-même.


Alors que le feu consumait tout ce que nous avions, il a également ouvert un nouveau monde de créativité pour moi, un monde qui a suscité une passion que je n'aurais peut-être pas découvert autrement. 

Marchant sur la colline vers le parc. Fort McMurray, AB. Photographié avec la lentille Tamron 28-75mm F2.8 à ISO 50, 1/320s, f/13, 28mm.

photoED: Qu'est-ce que vous aimez le plus dans la création d'histoires à travers la photographie ?

Melissa:

Je suis passionnée par la photographie de ma famille et la magie de l'enfance, bien que pour l'un de mes enfants, la vie se tourne vers une phase adolescente émotionnelle, ce qui modifie l'ambiance de mes images. Je me considère comme l'historienne visuelle de notre famille. Je m'efforce de capturer non seulement les grands moments, mais aussi les petits qui mettent en valeur leur personnalité. J'aime que nous puissions revenir en arrière à travers mes images et réfléchir à ces moments fugaces. Un jour, nos enfants partiront, et ces documents garderont nos cœurs pleins quand nous serons séparés.



Portrait d’un adolescent en hiver. Fort McMurray, AB. Photographié avec la lentille Tamron 28-75mm F2.8 à ISO1000, 1/800, f/2.8, 75mm.


photoED: Quel travail a influencé le vôtre ?

 

Melissa:

Au début de mon parcours photographique, j'étais totalement en admiration devant le travail de Meg Loek et je voulais être comme elle. Après avoir exploré de nombreux genres de photographie et trouvé mon propre style photographique, j'ai commencé à puiser mon inspiration dans de nombreux photographes différents. Je suis fascinée par la photographie en noir et blanc de Niki Boon, et j'admire le travail de Kirsty Larmour et de Joni Burtt. Les images de Burtt me rappellent ma maison et mon enfance. Je ressens toujours des vagues de nostalgie en parcourant ses images. Je suis également amoureuse du travail de Robin Fox. Ses points de vue et son utilisation de la couleur sont exceptionnels.



Lumière de la fenêtre et mouvement. Fort McMurray, AB. Photographié avec la lentille Tamron 28-75mm F2.8 à ISO 500, 1/1000, f/2.8, 65mm.

photoED: Qu'est-ce qui fait une bonne photographie ?

Melissa:

Je suis personnellement attirée par la lumière dramatique, les lignes, les reflets, les points de vue intéressants et l'émotion. Une bonne photographie vous fait ressentir quelque chose, vous rappelle quelque chose, ou vous fait réfléchir à ce que le photographe pensait en prenant la photographie.


Un portrait coloré. Fort McMurray, AB. Photographié avec les lentilles Tamron 28-75mm F2.8 à ISO 50, 1/200s, f/2.8, 28mm.

photoED: Comment le travail en photographie vous a-t-il influencé personnellement ?

Melissa:

La photographie m'a vraiment appris à observer davantage. J'ai l'impression de regarder constamment le monde comme à travers un objectif d'appareil photo. Je remarque et apprécie les petites choses comme la façon dont la poussière scintille lorsque la lumière brille parfaitement à travers la fenêtre ou comment de petits points de lumière peuvent changer totalement l'atmosphère d'un lieu. J'adore trouver des lignes directrices, des ombres et des reflets, et voir comment la qualité du ciel et des nuages peuvent ajouter des niveaux de drame inédits à un décor. Je ne réalisais pas à quel point j'aimais créer et regarder le monde avec des yeux neufs, la photographie m'a ouvert à ceci.


photoED: Quel a été votre projet ou aventure préféré ou qui vous a le plus influencé personnellement ?

Melissa:

Mon projet photographique préféré jusqu'à présent a été de créer des cours en ligne pour inspirer plus de personnes créatives. J'ai collaboré avec Hello Storyteller et écrit un cours axé sur la prise de vue créative au quotidien. J'ai mis tout mon cœur dans ce projet.


Portrait d’un adolescent en hiver. Fort McMurray, AB. Photographié avec la lentille Tamron 28-75mm F2.8 à ISO1000, 1/800, f/2.8, 75mm.


ÉQUIPEMENT

Quel appareil photo et équipement utilisez-vous le plus souvent maintenant ? Quel est votre objectif préféré ? Pouvez-vous nous parler de votre expérience avec les objectifs Tamron ?

Melissa:

J'ai deux boîtiers Sony et j'adore jouer avec mon GoPro HERO et mon DJI Mavic Air pour la photographie par drone.


Avant d'avoir l'opportunité d'utiliser les objectifs Tamron, j'étais une personne qui utilisait principalement des objectifs à focale fixe et jamais d'objectif zoom. Au lieu de cela, j'avais l'habitude de transporter deux boîtiers d'appareils photo avec des objectifs différents à toutes les occasions. Cette récente opportunité de tester le zoom Tamron m'a montré à quel point il était facile et pratique de passer rapidement de 28 mm à 75 mm. J'ai adoré le 28 mm pour les espaces restreints et le 75 mm était idéal lorsque je voulais créer un portrait avec un beau flou d'arrière-plan.


Je photographie presque toujours avec une ouverture grande ouverte (f/1.4 ou f/1.8), donc j'ai été agréablement surprise à quel point j'ai aimé photographier avec une ouverture de f/2.8. L'objectif Tamron a rendu la prise de vue de différentes scènes et l'obtention de différents looks rapides, faciles et plus légers sans avoir à changer d'appareils photo en permanence (ce que je finis toujours par faire).


Melissa Richard











Commentaires


bottom of page